Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de rencontrer Blaise Matuidi. En effet, c’était lors d’une chasse au trésor organisée par Emirates que, grâce à l’aide des internautes, j’ai pu trouver le lieu où se trouvait le joueur du PSG.

Rencontre Matuidi

Rencontre Matuidi

Rencontre Matuidi

Rencontre Matuidi

Rencontre Matuidi

L’occasion de lui poser plusieurs questions, sur sa vie de footballeur, de sportif mais aussi de parisien. Une vidéo de cette journée a été tournée (je vous la mets juste en-dessous) mais toutes les anecdotes n’y apparaissent pas donc voici quelques uns de nos échanges.

– S’il n’avait pas fait carrière dans le foot, son autre sport préféré était le ping-pong !
– Son surnom dans les vestiaires : Blaisou. Et apparemment, l’un des joueurs du PSG est surnommé « El Monstro » (devinez de qui il s’agit..)
– Le joueur avec qui il s’entend le mieux au PSG : il y a une très bonne ambiance dans l’équipe et il s’entend avec tout le monde mais il m’a parlé de David Luiz qui est arrivé récemment mais avec qui il s’entend déjà très bien !
– Le joueur qui l’impressionne le plus : Messi. Toujours un plaisir de jouer contre lui mais également un gros challenge (comme on a pu le voir mercredi),
– La musique qu’il écoute : vraiment de tout. Hip-hop, electro mais aussi jazz ou classique,
– Un fim récent qui l’avait marqué : American Sniper de Clint Eastwood,
– Le quartier où il préfère aller à Paris : il m’a révélé qu’il s’était rendu 3 fois ce mois-ci à Disneyland car ses enfants ne s’en lassent jamais et veulent toujours y retourner.

On a également discuté de ses entrainements, de l’ambiance aux vestiaires, du match avec Chelsea.. La rencontre s’est terminée par un cadeau de Blaise : son maillot dédicacé et avec mon nom sous son numéro, rien que ça !

Rencontre Matuidi

En plus d’un excellent joueur, j’ai découvert une personne vraiment accessible et adorable ! On m’avait dit que Blaise Matuidi était très humble, mais je ne pensais pas qu’il serait aussi cool et gentil.

 MY INSTAGRAM / FACEBOOK / TWITTER / PINTEREST

J’ai récemment eu la chance de rencontrer la chanteuse Asa, découverte il y a maintenant 7 ans avec ce tube. Egalement auteur et compositeur de talent, elle vient de sortir son troisième album studio en cette rentrée d’automne. En voici le premier single (très réussi) :

Je lui ai donc posé quelques questions sur son parcours, ses influences, son nouvel album mais aussi sur Paris et ses bons plans !

Quand et comment as-tu commencé la musique?

J’étais très jeune. Si jeune que je ne m’en souviens pas vraiment, ce sont mes parents qui me l’ont dit. Ce dont je me souviens, c’est que j’adorais prendre un micro et chanter, danser pendant des heures. J’adorais également regarder les concerts à la télé. Je rêvais d’avoir cette vie, de faire des show, me produire sur scène, voyager à travers le monde. J’étais très envieuse de ce que je pouvais voir à la TV et j’étais convaincue que ce serait mon avenir. Je n’ai jamais doutée de ce que je voulais faire plus tard. A l’université, je n’avais pas la vie d’une jeune fille de 18 ans, je vivais chez mes grand-parents et ma meilleure amie était ma radio. Puis j’ai rencontré mon producteur et mon manager qui m’ont poussée et ont fait écouter ce que je faisais. Il faut savoir qu’au Niger, le style de musique est souvent inspiré de ce qui se fait aux Etats-Unis. Ce que je faisais n’était pas commun, des balades ou chansons mélancoliques. Et voilà, un jour mes amis m’ont dit que je passais à la radio ! C’est à ce moment là que tout est devenu très concret.

Quelle musique écoutais-tu enfant?

Ma plus grande influence est Michael Jackson. On peut penser ce que l’on veut mais c’était un « performer » hors pair et dès qu’il passait à la télé, je restais debout, comme hypnotisée.Je crois que je regardais plus la télé que je n’allais à l’école. Ou quand j’allais à l’école, je faisais mon propre show pour impressionner mes amis (rires) !J’aime aussi énormément Bob Marley. Il a été d’une si grande influence… Son aura, ses cheveux, tout chez lui est inspirant. Egalement Fela Kuti, que j’ai eu la chance de rencontrer une fois dans ma vie, lors d’un festival sur une plage. J’avais rêvé qu’un jour je le verrai, lorsque je serai prête.

Comment as-tu travaillé sur ce nouvel album « Bed of Stone »?

Contrairement à mon précédent album, je suis allée dans un petit studio. Tout le monde se connaissait, c’était très cool, beaucoup plus que la dernière fois, à Los Angeles. A ce moment-là, il y avait trop de pression, on enregistrait dans un studio où les Rolling Stones avaient enregistré, d’un coup c’est comme si tu devais faire aussi bien que les Rolling Stones ! Non cette fois, c’était juste mon producteur et moi, de façon beaucoup plus intimiste, une meilleure expérience et c’est ce qu’il me fallait.

Et tu as déjà chanté tes nouveaux titres en live?

On vient justement de jouer notre premier concert à Hamburg samedi dernier ! C’était très cool, très rock ! je suis heureuse du nouveau groupe qu’on a constitué sur scène, ils sont quatre, puis moi et Janet (manager & meilleure amie) aux choeurs.  J’ai vraiment confiance en cette nouvelle équipe. Je t’ai dit, sur le précédent album, c’était juste « trop », même sur scène.

img_3172

Je sais que tu es née à Paris, même si tu n’y as pas grandi. Que penses-tu de cette ville?

Aujourd’hui, je vis entre Paris et Lagos.  Je considère les deux comme ma maison et à Paris, je me sens comme chez moi. J’aime le fait que Paris m’ait donné mon indépendance artistique. Grâce aux différentes cultures qui s’y retrouvent, Paris m’a aidée à faire tout ce que je voulais dans la musique. C’est également une ville très classe, stylée, c’est ici que j’ai pris goût à la mode.

As-tu des bonnes adresses? Mode ou resto?

J’adore les petites boutiques rue des Martyrs, mais j’aime également me promener rue St Honoré et mélanger les styles. Lorsque je veux faire découvrir la cuisine française à mes amis, je les emmène Chez l’ami Pierre à Bastille et pour sortir, je me rends à la Maroquinerie ou la Favela Chic !

Les réseaux sociaux, comment les gères-tu?

Pour moi, il s’agit d’un moyen de communiquer avec mes fans. Je ne peux pas parler avec tout le monde en concert ou dans la rue, et Internet est un moyen de rester un contact, de partager avec eux ma musique ou d’échanger ! J’en profite également pour partager des projets qui me sont chers comme l’association que j’ai créée pour aider les enfants à s’instruire en leur donnant des livres. J’en profite pour parler de tout ca.

Y a-t-il un artiste que tu suis en ce moment?

J’aime beaucoup Benjamin Clementine, il est incroyable en live. Et sinon, niveau groupe MuteMath, plus rock ! Mais c’est assez drôle car je n’écoute pas tant de musique. Par exemple, lorsque je cours, ce n’est pas de la musique que je mets dans mon casque mais des livres audio !

Dernière question ! Qu’as-tu prévu pour ces prochaines semaines?

Je joue à Paris le 7 octobre, à la Cigale plus exactement. Il va y avoir Londres également. Et sinon à plus long terme, on va se préparer pour la tournée de 2015. J’ai aussi mon association « The Dream Girls« . On ouvre des bibliothèques au Lagos donc on essaie de récupérer des livres pour les enfants qui n’ont pas accès. Voilà ce qu’il en est pour ces prochaines semaines et ces prochains mois ! Merci en tout cas pour cette interview.

Merci à toi, j’ai vraiment hâte de te voir sur scène le 7 octobre !!

Bon en vrai, on a continué à parler encore une vingtaine de minutes après la fin de l’interview, avec Janet également et je suis vraiment heureuse de les avoir rencontrées. Elles sont juste adorables et il me tarde d’être au 7, ce qui va arriver très vite ! D’ailleurs, si vous voulez également prendre vos place, c’est par ICI que ça se passe. 🙂

img_3173

img_3175

Et ce n’est même pas moi qui ai proposé le selfie. 🙂

MY INSTAGRAM / FACEBOOK / TWITTER / PINTEREST

Tenue sponsorisée Jennyfer

Il y a deux semaines, je me suis entretenue avec Mélissa Laveaux, une chanteuse que j’adore et que j’avais déjà rencontrée il y a 2 ans. Lundi dernier, elle a sorti son second album solo « Dying Is A Wild Night ».

Découvrez d’abord le clip du single « Postman », suivie d’une petite interview que j’ai faite avec elle :


Peux-tu te présenter, en quelques mots?

Je m’appelle Mélissa Laveaux. Je suis née à Montréal d’origine haïtienne mais franco-ontarienne, parce que j’ai grandi à Ottawa. J’écris et je compose de la musique armée d’une guitare et d’un calpin. Je lis beaucoup, je cuisine beaucoup, je voyage beaucoup, je parle beaucoup – et ça énerve assez souvent. Je suis un clown geek qui rigole parfois toute seule.

Comment définirais-tu ce nouvel album?SONY DSC

J’aime le terme « pop percutante ». J’utilise souvent « big beat melancholique ». Le journaliste qui a rédigé ma plus récente bio a écrit « pop mutante, exigeante et inventive ».


Pourquoi le titre « Dying is a wild night »?

Parce que j’aime beaucoup la poésie d’Emily Dickinson et que j’ai voulu emprunté une de ses citations. L’intégrale se traduit par « Mourir est une nuit sauvage, et un nouveau chemin ». Cet album traite de mon départ pour Paris du Canada. Du chagrin que m’a donné ma rupture avec ma famille et mes amis, le clash culturel qu’on arrive dans un pays étranger. Tous les jours, on te rappelle subtilement – ou pas – que tu n’es pas chez toi, et que tu n’es certainement pas bienvenue! Bien que je ne le chante pas de manière aussi littérale, cet album réflète l’état d’esprit dans lequel je me trouvais. Quand j’ai commencé à écrire cet album, je pensais qu’il s’agissait d’une rupture amoureuse, et en fait c’est une rupture avec mes mentalités, mes habitudes, mon environnement, tout ce que je connaissais.

S’il y a un(e) artiste que l’on doit connaître en 2013, ce serait qui d’après toi?

Je ne l’ai pas encore entendu, mais j’aimerais bien miser sur le nouvel album d’Emiliana Torrini. Mais pour l’instant, je pense que le bon pari c’est soit le nouveau M.I.A., s’il sort (ça traine un peu à la Azealia Banks cette sortie d’album, non?) ou Devendra Banhart: j’ai déjà mes places pour le concert de ce dernier à Paris. Je pense aussi que l’album de Daughter sera génial. Pour l’instant, que des EPs magnifiques.

Quels sont tes projets en cours? De prochaines dates pour te voir en live?

En ce moment, c’est un peu la course promotionnelle de l’album. C’est difficile parce que pas mal de médias refusent d’en parler parce qu’ils sont restés bloqués sur le premier. On commence à bien tourner. Et on prépare les sorties européennes et japonaise de l’album. J’écris le prochain album aussi. J’ai deux différents albums en tête, mais je n’aime pas trop en parler encore. J’aimerais aussi écrire une courte nouvelle de science fiction – c’est en rapport avec la musique !
En ce moment, on me propose également de faire des essais pour les albums des autres. Un nouvel exercice pour moi. Je ne peux pas encore citer de noms, mais il s’agit de gens dans la musique indépendante française 🙂

Merci pour cette interview Melissa, je te souhaite vraiment le meilleur !!

SONY DSC

LES DATES :
15.03.13 LOIRON (53) Salle des Fêtes
18.03.13 PARIS (75) Le Point Ephémère
29.03.13 CHELLES (77) Les Cuizines
30.03.13 SANNOIS (95) EMB
08.04.13 ARRAS (60) Théâtre d’Arras
09.04.13 ROUBAIX (59) La Cave aux Poètes
10.04.13 LA DEFENSE (92) Festival Chorus
11.04.13 NANTES (44) Stéréolux
19.04.13 FEYZIN (69) L’Epicerie Moderne
20.04.13 ARLES (13) Le Cargo de Nuit
25.04.13 BOURGES (18) Le Printemps de Bourges
26.04.13 RIS ORANGIS (91) Le Plan
09.06.13 LA REUNION (97) Sakifo Festival

Découvrez le nouveau clip du producteur / dj / réalisateur français Para One ft. Jaw « When The Night ».

Directed by ILL-STUDIO

Starring : Janine Lindemulder – Theresa Presley – Maria Vargus – Danielle Martin – Alexandra Day – Victoria Johnson – Jasmine – Seana Ryan – Sharon – Darien – Gina LaMarca – Natalie Smith – Amy Lynn Baxter – Lynn Johnson – Brandy Ledford