Il y a quelques jours à peine, je me rendais au Maroc afin de couvrir un très grand événement culturel et musical : Le Festival Mawazine –  Rythmes du Monde. J’étais déjà partie à Rabat l’an dernier (souvenez-vous) et il me tardait de découvrir la programmation de cette 14ème édition ainsi que de revivre cette folie sur place.

aeroport-rabat

Jeudi. Nous atterrissons vers 15h, il fait déjà 30°C et nous sommes au 7ème jour de festival. Nous découvrons notre superbe hôtel, le Sofitel Rabat Jardin des Roses, celui où logent apparemment tous les artistes (ça commence bien). Après m’être installée dans ma chambre, je rejoins LauraJohanna et Sofya pour profiter un peu de la piscine.

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Sofitel_Jardin_Des_Roses

24

Ce soir, c’est STING qui se produit sur scène ! Pierre nous raconte l’avoir croisé dans le hammam cet aprèm, il doit être en pleine forme du coup. Mon meilleur pote m’avait prévenue que je me prendrai une claque en assistant à son show, mais je ne m’attendais pas à un tel live. Des frissons quasiment tout le long. Probablement mon meilleur concert de cette année. Je vous ai d’ailleurs fait une vidéo snap résumant cette folle journée avec quelques extraits.

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Première journée plus que réussie ! Je m’endors avec toutes ces magnifiques chansons en tête…

Vendredi. Tous les matins vers 11h ont lieu les conférences de presse à la Villa des Arts. Mon avion ayant atterri un peu trop tard pour assister à celle de Sting, je me rattrape avec Usher en me rendant à cet échange entre artistes et journalistes, accompagnée d’Alice et des garçons de la team Melty. Je ne le regretterai pas ! Usher est juste adorable. Il est très souriant, répond à toutes les questions avec enthousiasme et nous parle même d’art contemporain marocain. Il nous raconte son nouvel an passé avec sa famille dans le désert. En revanche, il ne s’est encore jamais produit sur la scène marocaine. On le sent très heureux d’être là. Nous aussi !

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

En sortant de la conférence, de jeunes fans m’interpellent et me demandent s’ils peuvent faire un selfie avec moi. Je leur dis  « Mais je ne suis pas connue », ils me répondent « Mais vous êtes si jolie ». Je fonds (et je rougis).

L’après-midi, on lézarde un peu à la piscine de l’hôtel. Tiens Usher est là, lui aussi. Il déjeune sur la terrasse juste en face de nous (avec trois gardes du corps qui ne le quittent pas des yeux). On a eu pire comme vue… 🙂

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Fin de journée, en me préparant dans la chambre avant d’aller prendre l’apéro, j’entends ses répèts au loin. Je sens qu’on va encore passer une excellente soirée !! Il me tarde d’y être, c’est l’un des concerts que j’attends le plus.

20H30. Il est temps de se rendre sur la scène principale. Chaque soir le même rituel : nous avons la chance de pouvoir nous placer au premier rang, celui des photographes et cameramen, pendant les trois premiers titres, afin de capturer de jolis clichés et de pouvoir filmer des petites vidéos sympa pour nos réseaux sociaux.

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Arrive la fin du concert. On a pas envie que ça se termine, c’était trop bien !! Il nous livré un show exceptionnel, avec son groupe et ses danseurs, toujours le sourire aux lèvres. Et c’est avec une très belle émotion que se termine le live, lorsqu’on vient lui apporter un bouquet de fleurs et le drapeau du Maroc. On le sent ému, c’est adorable.

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Samedi. Deux nouvelles recrues de charme viennent de nous rejoindre : Malika et Salomé ! Nous nous rendons tous ensemble à la conférence de presse de Maroon 5. Tiens, je reconnais celui de droite, le guitariste. On s’est retrouvés dans le même ascenseur hier soir, mais je ne savais pas qui c’était. Adam Levine quant à lui, ne laisse aucune femme de l’assemblée indifférente (sauf moi peut-être, ah ah), tout le monde y va de sa demande de selfie avec lui.

Mawazine 2015

Mawazine 2015

A midi, nous allons déjeuner chez Dinarjat, un petit restaurant typique caché dans les petites rues pleine de charme de la Medina. J’opte pour un couscous poulet aux raisins secs et oignons frits. Un véritable délice !!

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Ce soir, c’est le dernier concert du festival où l’on attend plus de 200 000 personnes pour Maroon 5. Le groupe commence à 22h mais le public est déjà présent une heure avant. Les fans sont presqu’en pleurs lorsque les lumières s’éteignent, le groupe monte sur scène, on n’entend plus que les cris des jeunes filles derrière nous.

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Mawazine 2015

Le concert aura finalement réuni 270 000 personnes ! Un véritable record… On apprendra plus tard que le chanteur était malade ce soir-là (ce qui ne s’est pas du tout remarqué pendant le show, chapeau l’artiste !).

Dimanche : Nous quittons l’hôtel dans la matinée, le coeur lourd mais de jolis souvenirs plein la tête. Le séjour fut encore meilleur que l’an passé ! Une programmation de folie (sachant qu’au début du festival s’étaient déjà produits JLo, Pharrell, Sean Paul et Placebo). Rien que ça…

Capture d’écran 2015-06-08 à 21.11.08

Cela fait deux ans que je me rends à Mawazine et chaque fois, je vis des moments exceptionnels pendant les concerts. Je me surprends à danser et faire la fête comme jamais. Quant à la ville de Rabat, que dire de cette si jolie capitale si ce n’est qu’elle mérite amplement son titre de patrimoine mondial de l’Unesco en tant que bien culturel.

Maintenant la grande question est : qui seront les invités de 2016?? Sont déjà venus Rihanna, Stevie Wonder, Alicia Keys, Justin Timberlake.. Certains pensent à Beyoncé, pourquoi pas Muse ou Radiohead. On ne le saura pas avant plusieurs mois, mais dans tous les cas, je sais que ce sera la folie, une fois de plus !

Tous mes remerciements vont aux organisateurs qui m’ont permis de couvrir cet événement de très grande qualité, à l’association Maroc Cultures, à Mohamed Mounir El Majidi, son Président, et à Aziz Daki, son Directeur artistique, chargé de la programmation internationale.

 INSTAGRAM / FACEBOOK / TWITTER

J’ai eu la chance de rencontrer Denai Moore, jeune artiste londonienne à la fois auteure et interprète, que j’avais découverte quelques mois plus tôt, lors d’un showcase privé au Carmen. Coup de coeur immédiat, j’ai demandé à la rencontrer et lors de cette entrevue, voici ce que j’ai filmé : 

J’en ai aussi profité pour lui poser quelques questions sur son parcours et ses influences :

Comment as-tu commencé la musique?Interview w/ Denai Moore
J’ai toujours été dedans, mais j’ai réellement commencé lorsque j’ai eu ma première guitare. J’ai alors exploré le domaine pour voir comment c’était d’écrire une chanson, de mettre tes propres émotions dans des textes. Ma musique a ensuite commencé à grandir, à évoluer et cela fait maintenant trois, quatre ans que je pense avoir vraiment trouvé ma voie & mon style.

Quelles sont tes principales influences?
J’ai toujours écouté Lauryn Hill, c’est une de mes artistes préférées car j’admire beaucoup son honnêteté dans ses titres, et dans sa vie également. Sinon je suis aussi une grande fan de Bon Iver. En fait, j’aime les gens qui n’ont pas peur de s’exprimer.

Un artiste avec lequel tu aimerais collaborer?
J’aimerais beaucoup travailler avec Caroline du groupe electro pop Chairlift. Je l’ai récemment rencontrée à Coachella, elle m’inspire beaucoup en tant que personne mais aussi en tant que femme productrice.

Quelle est ta relation avec Internet, les réseaux sociaux?
Je pense que je suis vraiment là-dedans. J’ai toujours mon téléphone sur moi, à checker sur twitter etc. Parfois je trouve cela très drôle mais à d’autres moment, ça peut m’énerver. Je n’aime pas quand les gens attaquent sans raison.

Pour info, son premier album « Elsewhere » est sorti au début du mois. Quant au titre joué en session acoustique, il s’agit de « Blame ». J’avais d’ailleurs placé son clip dans ma dernière sunday playlist... 🙂

Interview w/ Denai Moore

Tenue Jennyfer

MY INSTAGRAM / FACEBOOK / TWITTER / PINTEREST

J’ai récemment eu la chance de rencontrer la chanteuse Asa, découverte il y a maintenant 7 ans avec ce tube. Egalement auteur et compositeur de talent, elle vient de sortir son troisième album studio en cette rentrée d’automne. En voici le premier single (très réussi) :

Je lui ai donc posé quelques questions sur son parcours, ses influences, son nouvel album mais aussi sur Paris et ses bons plans !

Quand et comment as-tu commencé la musique?

J’étais très jeune. Si jeune que je ne m’en souviens pas vraiment, ce sont mes parents qui me l’ont dit. Ce dont je me souviens, c’est que j’adorais prendre un micro et chanter, danser pendant des heures. J’adorais également regarder les concerts à la télé. Je rêvais d’avoir cette vie, de faire des show, me produire sur scène, voyager à travers le monde. J’étais très envieuse de ce que je pouvais voir à la TV et j’étais convaincue que ce serait mon avenir. Je n’ai jamais doutée de ce que je voulais faire plus tard. A l’université, je n’avais pas la vie d’une jeune fille de 18 ans, je vivais chez mes grand-parents et ma meilleure amie était ma radio. Puis j’ai rencontré mon producteur et mon manager qui m’ont poussée et ont fait écouter ce que je faisais. Il faut savoir qu’au Niger, le style de musique est souvent inspiré de ce qui se fait aux Etats-Unis. Ce que je faisais n’était pas commun, des balades ou chansons mélancoliques. Et voilà, un jour mes amis m’ont dit que je passais à la radio ! C’est à ce moment là que tout est devenu très concret.

Quelle musique écoutais-tu enfant?

Ma plus grande influence est Michael Jackson. On peut penser ce que l’on veut mais c’était un « performer » hors pair et dès qu’il passait à la télé, je restais debout, comme hypnotisée.Je crois que je regardais plus la télé que je n’allais à l’école. Ou quand j’allais à l’école, je faisais mon propre show pour impressionner mes amis (rires) !J’aime aussi énormément Bob Marley. Il a été d’une si grande influence… Son aura, ses cheveux, tout chez lui est inspirant. Egalement Fela Kuti, que j’ai eu la chance de rencontrer une fois dans ma vie, lors d’un festival sur une plage. J’avais rêvé qu’un jour je le verrai, lorsque je serai prête.

Comment as-tu travaillé sur ce nouvel album « Bed of Stone »?

Contrairement à mon précédent album, je suis allée dans un petit studio. Tout le monde se connaissait, c’était très cool, beaucoup plus que la dernière fois, à Los Angeles. A ce moment-là, il y avait trop de pression, on enregistrait dans un studio où les Rolling Stones avaient enregistré, d’un coup c’est comme si tu devais faire aussi bien que les Rolling Stones ! Non cette fois, c’était juste mon producteur et moi, de façon beaucoup plus intimiste, une meilleure expérience et c’est ce qu’il me fallait.

Et tu as déjà chanté tes nouveaux titres en live?

On vient justement de jouer notre premier concert à Hamburg samedi dernier ! C’était très cool, très rock ! je suis heureuse du nouveau groupe qu’on a constitué sur scène, ils sont quatre, puis moi et Janet (manager & meilleure amie) aux choeurs.  J’ai vraiment confiance en cette nouvelle équipe. Je t’ai dit, sur le précédent album, c’était juste « trop », même sur scène.

img_3172

Je sais que tu es née à Paris, même si tu n’y as pas grandi. Que penses-tu de cette ville?

Aujourd’hui, je vis entre Paris et Lagos.  Je considère les deux comme ma maison et à Paris, je me sens comme chez moi. J’aime le fait que Paris m’ait donné mon indépendance artistique. Grâce aux différentes cultures qui s’y retrouvent, Paris m’a aidée à faire tout ce que je voulais dans la musique. C’est également une ville très classe, stylée, c’est ici que j’ai pris goût à la mode.

As-tu des bonnes adresses? Mode ou resto?

J’adore les petites boutiques rue des Martyrs, mais j’aime également me promener rue St Honoré et mélanger les styles. Lorsque je veux faire découvrir la cuisine française à mes amis, je les emmène Chez l’ami Pierre à Bastille et pour sortir, je me rends à la Maroquinerie ou la Favela Chic !

Les réseaux sociaux, comment les gères-tu?

Pour moi, il s’agit d’un moyen de communiquer avec mes fans. Je ne peux pas parler avec tout le monde en concert ou dans la rue, et Internet est un moyen de rester un contact, de partager avec eux ma musique ou d’échanger ! J’en profite également pour partager des projets qui me sont chers comme l’association que j’ai créée pour aider les enfants à s’instruire en leur donnant des livres. J’en profite pour parler de tout ca.

Y a-t-il un artiste que tu suis en ce moment?

J’aime beaucoup Benjamin Clementine, il est incroyable en live. Et sinon, niveau groupe MuteMath, plus rock ! Mais c’est assez drôle car je n’écoute pas tant de musique. Par exemple, lorsque je cours, ce n’est pas de la musique que je mets dans mon casque mais des livres audio !

Dernière question ! Qu’as-tu prévu pour ces prochaines semaines?

Je joue à Paris le 7 octobre, à la Cigale plus exactement. Il va y avoir Londres également. Et sinon à plus long terme, on va se préparer pour la tournée de 2015. J’ai aussi mon association « The Dream Girls« . On ouvre des bibliothèques au Lagos donc on essaie de récupérer des livres pour les enfants qui n’ont pas accès. Voilà ce qu’il en est pour ces prochaines semaines et ces prochains mois ! Merci en tout cas pour cette interview.

Merci à toi, j’ai vraiment hâte de te voir sur scène le 7 octobre !!

Bon en vrai, on a continué à parler encore une vingtaine de minutes après la fin de l’interview, avec Janet également et je suis vraiment heureuse de les avoir rencontrées. Elles sont juste adorables et il me tarde d’être au 7, ce qui va arriver très vite ! D’ailleurs, si vous voulez également prendre vos place, c’est par ICI que ça se passe. 🙂

img_3173

img_3175

Et ce n’est même pas moi qui ai proposé le selfie. 🙂

MY INSTAGRAM / FACEBOOK / TWITTER / PINTEREST

Tenue sponsorisée Jennyfer

Il y a deux jours, à l’occasion d’un événement privé dans la boutique Make Up For Ever du Marais, j’ai eu la chance de découvrir une artiste assez incroyable : Kendra Morris.Kendra-Morris

En effet, cette auteure interprète américaine nous a fait l’honneur de jouer quelques uns de ses titres en live acoustique, guitare à la main. J’ai totalement craqué face à sa voix, son style, son groove, son sourire !

Certaines de ses chansons ne m’étaient pas inconnues, notamment Concrete Waves et Pow. D’ailleurs, je les écoute en boucle depuis hier car tout y est : mélodies, paroles, charisme. Je suis sûre qu’elle vous rappellera certaines divas.. De la soul psychédélique ! Allez j’arrête et je vous mets quelques liens.

Kendra se produira demain à l’hippodrome de Longchamp dans le cadre des Solidays,mais surtout le 20 novembre prochain (et c’est cette date que je note déjà dans mon agenda) au Trianon, salle que j’affectionne tout particulièrement. En attendant, n’hésitez pas à ecouter son album « Banshee ». Bon week-end à toutes et à tous.. 🙂

INSTAGRAM / FACEBOOK / TWITTER