Je sais que beaucoup attendent ce billet sur l’Iran, pays de tous les mystères. J’avais déjà écrit sur mon précédent voyage il y a trois ans, notamment sur la mode et les tenues à adopter, la cuisine et les plats traditionnels ainsi que mes visites sur place. Je ne vais donc pas me répéter ni aborder les mêmes sujets, mais plutôt vous parler de mes nouvelles découvertes.

Shiraz, Iran

Pour le premier voyage de mon amoureux en Iran, j’avais envie de lui montrer ma ville préférée : Chiraz. Capitale culturelle et artistique de l’Iran, celle-ci ne se trouve qu’à cinquante minutes de Dubaï en avion, l’excuse parfaite pour venir y passer quelques jours. J’aime particulièrement l’ambiance de cette ville, beaucoup moins dense et polluée que Téhéran, avec un climat plus doux sans être aride pour autant, contrairement à certaines villes du pays.

Pour notre première journée, nous nous sommes rendus au grand bazaar de la ville : Bāzār-e Vakil. Il se trouve dans le centre historique et regorge de produits typiques et locaux. Mieux vaut être accompagné d’un iranien pour négocier les prix, car les commerçants repèrent très vite les touristes et en profitent pour augmenter leur prix. Pour ma part, je suis repartie avec un tapis persan, deux kilims, un bracelet, deux coupelles, un foulard et du safran.

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Chiraz est une ville connue pour ses nombreux jardins luxuriants, où les iraniens passent beaucoup de temps afin de se reposer ou de se recueillir. Au milieu d’entre eux se trouvent toujours une maison ou un mausolée connus. A chaque fois que je suis dans cette ville, je me rends à ceux des deux plus grands poètes perses : Hafez et Saadi.

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

A part ces deux très beaux lieux de pèlerinage, je ne connaissais pas vraiment les jardins de la ville. J’ai donc demandé à mes cousins de nous emmener dans les plus connus et en voici un aperçu.

Maison et jardin Naranjestan e Ghavam : il s’agit d’une résidence historique et traditionnelle persane érigée entre 1879 et 1886. Elle reflète l’élégance et le raffinement de la haute société persane du XIXe siècle. Aujourd’hui, la résidence est un musée ouvert au public.

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Jardin d’Eram : son nom en persan signifie « jardin du Paradis ». Conçu au XXe siècle autour d’un palais de l’ère qadjare (construit au milieu du XIXe siècle), il est ensuite devenu propriété du chah d’Iran. Aujourd’hui propriété de l’université, le jardin est ouvert au public et protégé par l’Organisation du patrimoine culturel iranien.

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Jardin Afifabad et son musée des armes : il s’agit d’un jardin appartenant à la famille Ghavami. Il contient un ancien manoir royal, un musée historique d’armes et son jardin est l’un des plus anciens de Shiraz. Tous sont ouverts au public.

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Darvazeh Qoran (les Portes du Coran) : Les voyageurs sortant de la ville passaient traditionnellement sous cette porte en quête de protection donnée par le livre saint pour leur voyage à venir. Une copie manuscrite du Coran est gardée en haut de la porte.

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Lors de notre séjour en Iran, nous avons également souhaité nous rendre dans une mosquée et un mausolée très connus de la ville : Shah Cheragh (Roi de la lumière » en persan). Il s’agit du lieu de sépulture des fils de Mousa al Kazim, le septième Imam Shiite. On peut notamment y admirer la magnifique coupole turquoise très caractéristique du mausolée. A l’intérieur, différentes salles sont recouvertes d’éclats de miroirs du sol au plafond en passant par les murs, ce qui donne un aspect des plus sublimes. J’ai rarement vu un lieu aussi beau et apaisant.

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

Shiraz, Iran

.
Shiraz, Iran

Enfin, nous ne pouvions passer par Chiraz sans visiter Persépolis. C’est un peu comme le Musée du Louvre, chaque fois qu’on y retourne, on découvre de nouvelles choses. Sauf qu’ici, tout est en plein air et rien n’a été déplacé. J’en avais déjà parlé il y a trois ans, il s’agit des ruines de la capitale Perse achéménide. Que dire si ce n’est que le site est immense et toujours aussi impressionnant.

Persépolis, Iran

Persépolis, Iran

Persépolis, Iran

Persépolis, Iran

Persépolis, Iran

Je suis heureuse d’avoir pu passer ces quelques jours à Chiraz, ville où vit une petite partie de ma famille, mais où les activités et visites ne manquent pas. Là-bas, le temps passe toujours beaucoup trop vite… Il me tarde d’y retourner mais j’aimerais bien découvrir d’autres villes du pays, comme Yazd ou retourner à Isfahan.

Infos pratiques :

  • Pour obtenir un visa iranien, je vous conseille de lire cet article très complet de ma copine Charline,
  • Pensez à prendre de l’espèce avec vous car les banques n’acceptent pas les cartes bleues occidentales,
  • Ne comptez pas louer une voiture sur place, la conduite est folle en Iran. Autant emprunter les taxis qui y sont habitués (et pas trop chers),
  • Si vous vous rendez dans une mosquée, il faut savoir que le voile et la blouse longue ne suffisent pas. Prévoyez un tchador pour l’occasion.
  • Chaque personne que je connais et qui s’est déjà rendue en Iran m’a dit qu’il s’agissait de son plus beau voyage… Alors n’hésitez plus une seule seconde, vous ne le regretterez pas ! 😉

MY INSTAGRAM / FACEBOOK / TWITTER / PINTEREST

Je rentre tout juste d’un voyage de onze jours au Moyen-Orient où j’ai enchaîné quatre destinations dont trois pays différents. Avant toute chose, je savais que j’allais passer par l’Iran. Cela faisait trois ans que je n’étais pas retournée dans mon second pays, j’avais très envie de revoir une partie de ma famille mais aussi de montrer mes racines à mon amoureux. Je souhaitais également découvrir d’autres régions dans le coin donc je nous ai concocté un petit road trip oriental de fin mars à début avril (période idéale en terme de températures sur place) : Abu Dhabi, Khasab, Shiraz et Sharjah !

Abu dhabi desert
.
Sheik Grand Mosque Abu Dhabi
.
Khasab Oman
.
Khasab Oman
 .

Nous avons commencé par les Emirats et Abu Dhabi. En effet, j’avais vu qu’il était possible de se rendre en Iran depuis Dubai, mais j’avais aussi très envie de découvrir la capitale du pays. Du coup, je nous ai pris des billets sur la compagnie aérienne nationale du pays, Etihad Airways (très réputée), basée dans cette ville, et nous sommes restés deux jours sur place.

J’étais également très intriguée par le Sultanat d’Oman. Je savais que la partie nord du pays se situait non loin des Emirats et qu’on l’appelait « les fjords d’Orient ». Nous avons passé la première journée sur un bateau et la seconde à se reposer (car nous avions fait 5h de route à l’aller depuis Abu Dhabi). Voici un petit aperçu ci-dessus.
.
Comme je le disais, je comptais évidemment passer quelques jours en Iran, pays de mes origines et où la plus grande partie de ma famille réside. J’ai pu prendre des billets de Dubaï pour Shiraz qui est LA capitale culturelle du pays (plus belle et intéressante que Téhéran, d’après moi). Nous avons décidé d’y faire un stop de quatre jours cette fois, pour profiter de mes cousins et faire de nombreuses visites.
.
En rentrant d’Iran, nous avons fait un petit détour du côté de Dubaï, à Sharjah plus exactement, pour un peu de farniente (avant le grand départ à 3h du matin lundi pour l’aéroport d’Abu Dhabi ^^).
.
Vakil Bazaar, Shiraz (Iran)
.
Persépolis Iran
.
Sheraton Sharjah
.
Etihad Airways
.

Je dois avouer que quatre destinations en onze jours, ce n’est pas de tout repos… Surtout entre les vols tôt le matin (pas le choix parfois, donc réveil en pleine nuit), les trajets de plusieurs heures en voiture et les visites matinales pour éviter la foule et la chaleur. Mais QUEL DÉPAYSEMENT !! J’ai découvert des lieux magnifiques, des monuments incroyables, j’ai rencontré des gens adorables et j’ai vu des paysages à couper le souffle. Pour cette raison, j’ai décidé de poster un billet par destination pour ces prochains jours. J’espère que ça vous plaira 🙂

En décembre, j’ai rencontré le créateur des montres Rich Gone Broke et lorsqu’il m’a présenté sa collection de montres au nom de chaque capitale du monde, en tant que franco-iranienne très fière de ses origines, je lui ai dit : « Mais moi je veux une montre Téhéran » !

Il a immédiatement été réceptif et m’a répondu : « Banco ! On trouve le tissu persan et on lance ça. Tu en seras même l’ambassadrice ! » C’est ainsi que le projet s’est concrétisé… Je suis donc très fière et heureuse de vous présenter la collection Téhéran !!

IMG_5257

IMG_5256

IMG_5254

IMG_5242

IMG_5290

Alors, vous en pensez quoi? Si le modèle vous plait, elles sont en vente juste ici !! Nous avons également mis en place un petit code promo de -15% pour mes lecteurs : mynameisodd. 🙂

MY INSTAGRAM/ FACEBOOK / TWITTER / PINTEREST

En collaboration avec TImefy

Je pense l’avoir assez répété par ici, j’aime partager la culture de mon second pays, l’Iran, à travers différents thèmes. Aujourd’hui, laissez-moi revenir sur la cuisine iranienne. En effet, l’an dernier, je vous avais parlé des repas traditionnels et familiaux suite à mon séjour sur place mais aujourd’hui, à l’occasion des fêtes de Norouz (nouvel an persan qui a lieu le premier jour du printemps, selon le calendrier zoroastrien) qui durent toute la seconde partie du mois de mars ainsi que début avril, je vais plutôt mettre l’accent sur la gastronomie perse et les plats spécifiques aux périodes de fête.

Capture d’écran 2014-04-01 à 18.42.45C’est dans ce cadre que j’ai organisé il y a deux semaines avec Shabnam Saveurs, un nouveau service de traiteur iranienune, une dégustation des mets les plus connus et raffinés d’Iran pour faire découvrir à quelques blogueurs voyage, cuisine ou tout simplement curieux de la gastronomie et de l’Iran, les saveurs d’Iran version finger food haut de gamme.

Persian Food
Persian Food
Persian Food
PB182567
Persian Food

Dans l’ordre des photos, nous avons tout d’abord le roulé de koukou sabzi (crêpe aux herbes roulée, accompagnée de saumon fumé et crème fraîche). Habituellement cette recette accompagne le riz qu’on prépare pour le Nouvel An, en complément du poisson. L’ajout du saumon et de la crème fraîche est une européanisation de la recette  traditionnelle qui accentue son côté festif pour un palais européen

Puis le Kashke Bademjoun (aubergine préparée au yaourt fermenté « kashk », accompagnée d’oignons frits, noix et menthe). C’est une variété de caviar d’aubergines (e légume est très utilisé dans la cuisine iranienne, cultivé dans le nord). Les aubergines sont grillées au feu de bois, ce qui leur donne une saveur fumée, puis mélangées à un yaourt ou fromage frais fermenté qui  relève le goût de l’aubergine. Le tout servi avec de tendres oignons frits et de la menthe fraîche.

Mon plat préféré: Fessenjoun (boulettes de viande hachée accompagnées d’une sauce grenade et noix concassées). Ce plat est typique du nord de l’Iran, parfois préparé avec du canard, volaille qu’on ne trouve que dans cette région. Les grenades, cultivées près du désert de Saveh dans le centre de l’Iran, sont beaucoup utilisées dans la cuisine iranienne. Avec le canard, elles équilibrent la chair grasse de cette volaille et la relève d’un goût acidulé. C’est un plat salé sucré.

Viennent ensuite les canapés de riz au safran (riz mariné au yaourt et au safran). Une forme assez simple de préparation du riz, très largement répandue et simple à  préparer. Les variations se trouvent dans l’utilisation des détails qui permettent de relever le goût :  celui du safran, des épines vinettes préparées avec du beurre et sucre, et de la pistache.

Enfin les tartelettes de mirzaghasemi  (petites tartelettes garnies d’aubergine, de tomates grillées et d’œufs mélangés). Encore une variation de caviar d’aubergine, préparé avec des tomates, de l’œuf et de l’ail. Là encore, les aubergine doivent être grillées au feu de bois pour obtenir un goût fumé, puis   épluchées et hachées, revenues à feu vif avec de l’ail et des tomates. Les œufs sont ajoutés en fin de   cuisson. Traditionnellement dégustées avec du pain et du basilic sauvage. Ici le pain est remplacé par  une petite tartelette.

Sans oublier les merveilleux desserts tels que la rose au paradis « Yakh dar behesht » (une crème dessert, préparée avec de la farine de riz, du lait, sucre et de l’eau de rose ainsi que bereshtouk croquant (biscuit de farine de pois grillés, sucre, cardamone et pistache moulue) Deux petits délices orientaux !

Ca vous a mis l’eau à la bouche? La dégustation fut un succès en tout cas, tout le monde fut agréablement surpris de découvrir de telles saveurs et vous pouvez également lire les billets de Charline, Sophie, Laura, Aurélie ou encore Andrea à propos de cette dégustation ou encore découvrir les plats en vidéo…

Enfin, Pâques arrivant à grand pas, je termine mon billet par une parenthèse sur les oeufs les plus connus d’Iran, à savoir ceux d’esturgeon.. J’ai nommé le caviar impérial ! Et fin 2013, j’avais justement eu la chance d’assister à un masterclass d’exception en petit comité, afin de déguster quatre saveurs Caviarly’s, en présence du fondateur de la marque, Ardechir Derambakhsh : Authentique (Acipenser Baeri de Finlande), Amour (Huso Schrenki Dauricus de Chine), Délicatesse (Acipenser Baeri d’Aquitaine) et Impérial (le mythique Beluga d’Iran). Une expérience unique du bout d’une cuillère nacrée avec une légère (très légère… 🙂 ) préférence pour la dernière saveur…

Boîte Impérial

 

Au fait, petit concurs sur ma page facebook, n’hésitez pas à y jeter un coup d’oeil et y participer si ca vous intéresse 🙂